> le matériel > les accessoires
 

 

De nombreux accessoire existent pour faciliter le travail du peintre.

Préparer le travail

Cette étape est loin d'être ce que je préfère. Pour pester continuellement sur mon manque d'organisation, je vous conseille néanmoins de bien préparer votre séance de peinture - étape qui consiste essentiellement à fixer la feuille et à préparer son matériel.

La planche à dessin
Pour tenir votre feuille, a fortiori si vous voulez tendre le papier, vous aurez besoin d'une planche à dessin. Elle n'est pas nécessairement en bois (c'est lourd...) mais elle doit être assez rigide pour supporter la tension du papier le plus épais.

Le ruban kraft gommé
Pour tendre le papier sur le support, je vous conseille d'utiliser du ruban kraft gommé et de suivre la procédure décrite dans la fiche technique Comment tendre le papier.


Le chevalet

Un chevalet maintient le tableau en cours d'exécution. S'ils sont quasi-indispensables pour la peinture à l'huile, je n'en utilise pas en aquarelle - mais c'est une histoire de goût ! Beaucoup d'artistes travaillent assis, et un chevalet de table, qui permet d'incliner la feuille de quelques dizaines de degrés, est souvent apprécié. Cela dit, il peut toujours être remplacé par des gros livres sur lesquels repose la planche à dessin !

Les récipients pour l'eau
L'eau est peut être l'élément le plus important en aquarelle ! Si possible, installez vous près d'une source d'eau, pour limiter les allées-et-venues entre votre plan de travail et le robinet... N'importe quel récipient fera un bon pot à eau, à condition d'être assez grand. Le plus pratique est sans doute d'utiliser une bouteille d'eau en plastique dont vous avez coupé la tête !
Certains artistes utilisent deux récipients : un pour nettoyer les pinceaux et un qu'ils s'efforcent de garder propre pour éclaircir les couleurs.

Les palettes
Le mélange des couleurs se fait, selon les artistes, directement sur le papier ou avant l'application de la peinture, sur une palette. Les magasins d'art en proposent de nombreux modèles - je n'en ai pourtant jamais trouvé une parfaite.
Les palettes sont en plastique, en métal ou en porcelaine. Elles doivent être blanche, ne pas rouiller et se laver facilement. Veillez d'ailleurs à la garder aussi propre que possible, pour éviter que les couleurs ne se souillent.
Les avis sont partagés : certains préfèrent les palettes compartimentées, d'autres travaillent directement sur une plaque. Si vous avez une boîte de godets, il y a vraisemblablement un couvercle émaillé qui sert de palette. Si vous peignez avec des tubes, une palette pratique comporte des petits compartiments pour déposer la peinture et des grands pour faire les mélanges.

 

 

Dessiner

 

Faut-il tracer le dessin sur le papier aquarelle avant de peindre ou doit-on peindre directement... Cela dépend de votre objectif (un rendu réaliste est plus facile avec un dessin !), de votre niveau en dessin (plus vous êtes expérimentés, plus vous pourrez vous en passer !), de votre style.

Les crayons
Si vous décidez de dessiner sur le papier, mieux vaut le faire avec un crayon de dureté moyenne, de 2H à 2B. Les crayons durs (2H et plus) risquent de marquer le papier si vous appuyez trop forts. Les crayons tendres (2B et plus) risquent de laisser des traces inesthétiques sur la peinture. Lorsque la peinture est sèche le crayon en dessous ne se gomme plus ! Il est aussi possible d'utiliser des crayons aquarellables, dont les traits se dissolvent à l'eau.
Pour effacer les traits inutiles, choisissez de préférence une gomme mie de pain, qui respectera davantage le papier aquarelle.

Transférer le dessin
Pour les dessins compliqués, il est préférable de dessiner l'esquisse sur un papier ptandard et de le transférer sur le papier aquarelle grâce à du calque ou -le fin du fin - du papier graphite (style.Sally's graphite paper).

 

Réserver des blancs

Pour les puristes, le blanc à l'aquarelle est le papier que l'on a évité soigneusement de peindre. Il est parfois compliqué de peindre autours de petites surfaces, mais des solutions de secours existent !

 

Gomme à masquer
La gomme à masquer (ou Drawing Gum) est une solution de Latex liquide qui forme un film imperméable en séchant. Appliquée sur le papier, elle permet de préserver la surface qu'elle recouvre. Une fois la peinture sèche la gomme peut être retirée en frottant délicatement avec le doigt ou avec une gomme mie de pain. L'application de la gomme peut se faire avec un vieux pinceau (surtout n'utilisez jamais vos pinceaux neufs en martre !), une plume, une éponge, un tire-ligne, un calame, des bouts de ficelle, etc.



pour protéger le pinceau avant application de la gomme : trempez le dans du savon liquide. Et nettoyez le très souvent ! Ne laissez pas sécher la gomme, on en peut plus l'enelver du pinceau une fois sèche.

Scotch à masquer
Le scotch à masquer sert à faire des réserves de grande dimension. Il est imperméable et ne laisse normalement pas de marques sur le papier lorsqu'on le retire.
Cire

La cire (bougie blanche, crayon de cire) laisse une marque irrégulière sur le papier ; comme elle est imperméable, cela permet de créer de jolies textures.


Gouache, acrylique
Rien ne vous empèche de rehausser certaines parties de votre aquarelle avec un blanc opaque, comme la gouache ou l'acrylique, sur des petites zones. Utilisée trop souvent, cette technique risquerait d'alourdir votre peinture.
Cutter, lame de rasoir, papier de verre
Une fois votre peinture sèche, vous pouvez ouvrir des blancs avec un cutter, une lame de rasoir, voire du papier de verre. Cette technique ne peut pas être utilisée sur des grandes zones et est plutôt destinéeà créer des textures (écume, par exemple). Essayez de respecter au maximum le papier aquarelle en n'enlevant que la surface peinte.

 

 

Jouer avec la peinture

 

L'aquarelle est une technique amusante : même si chaque essai est (du moins pour moi !) loin d'être une réussite, je m'amuse beaucoup en appliquant la peinture sur le papier : peinture à l'éponge, brumisateur, sel, il ne faut pas avoir peur d'essayer des techniques peu orthodoxes pour créer un effet !

Papier absorbant
Essayez de toujours avoir du papier absorbant blanc à proximité : cela sert à contrôler l'humidité des pinceaux, à absorber l'eau en excès sur le papier, à éclaircir les lavis humides en retirant la peinture.
Éponge
Vous seriez étonné des possibilités qu'offre une éponge en aquarelle. D'abord, elle sert à nettoyer le plan de travail après (ou avant...) chaque séance. Elle sert aussi à humidifier le papier, à appliquer un lavis sur une surface importante. Elle peut également créer des textures très intéressantes - idéales pour représenter le feuillage. Choisissez de préférence une éponge naturelle.
Sel
saupoudrez de sel de cuisine un lavis en train de sécher, attendez quelques minutes... C'est magique ! Le sel absorbe l'eau, ce qui crée de magnifiques effets. Cette technique est plus ou moins efficace en fonction des pigment, de leur densité, du papier.
Gomme arabique
La gomme arabique est un ingrédient de l'aquarelle (c'est un liant). Ajoutée en petite quantité à l'eau du mélange, elle épaissit la peinture, accentue l'éclat et la transparence des couleurs.
Fiel de boeuf
C'est un agent mouillant qui augmente la fluidité de l'aquarelle. Des effets intéressants peuvent être obtenus en laissant tomber quelques gouttes de fiel de boeuf sur un lavis en train de sécher.
Vaporisateur
A l'aide d'un petit vaporisateur rempli d'eau (pour parfum ou même pour produit ménager), vos lavis prendront vie. Lorsqu'ils sont en train de sécher (papier humide mais pas brillant à la lumière), une pluie fine d'eau repousse la peinture ça et là et forme une texture intéressante.