> la technique > les lavis

 

Quelques généralités.

L'aquarelle est une peinture à l'eau, tout le monde sait cela. L'eau n'est pas seulement le solvant de la peinture, elle est bien plus précieuse. En effet, elle permet de jouer sur les valeurs (caractère clair ou foncé d'une couleur) : pour diluer une couleur, on ajoute de l'eau. A contrario, on ne peut pas - sans mélange et donc sans risque de ternir la couleur - obtenir une couleur plus foncée que le pigment pur issu du tube.

 

 

Comment prélever la couleur ?

Les lavis sont la base de la peinture à l'aquarelle. De façon générale, toute tache de peinture appliquée sur le papier est un lavis, de plus ou moins grande taille. Attention, certains auteurs ne désignent sous ce terme que les lavis de grande taille, comme les fonds.
Avant de peindre votre premier lavis, il faut prélever la peinture et la mélanger avec la quantité adéquate d'eau.
- pour les aquarelles en tube : déposez une petite quantité de peinture sur la palette. Avec un pinceau moyennement imbibé d'eau, mélangez bien jusqu'à obtenir une consistance crémeuse (foncé) ou plus liquide (clair).
- pour les aquarelles en godets : la peinture en godets est plus sèche que la peinture en tubes, surtout au début de séance. Pour prélever la couleur, frottez le godet avec un pinceau assez mouillé jusqu'à ce que la peinture se ramollisse bien. Déposez un peu de peinture sur une palette et de rajoutez de l'eau pour ajouter la valeur.

 

 

Réaliser un lavis uniforme

Pour réussir un lavis, il faut préparer suffisamment de couleur - suffisamment signifiant toujours plus que ce que l'on aurait jugé nécessaire a priori !
Les lavis peuvent être réaliser sur papier sec ou papier humide, avec un pinceau de grande taille ou une éponge. Il vaut mieux travailler sur papier tendu pour éviter qu'il ne gondole. Essayez de travailler rapidement (le lavis ne doit pas commencer à sécher) et ne revenez pas sur une surface peinte encore humide au risque de voir des auréoles apparaître.

Un lavis peut se faire sur du papier sec ou du papier humide : il sera plus uniforme sur du papier humide, mais il sera aussi plus difficile à contrôler.

Il est préférable d'incliner la feuille de quelques degrés pour mieux réussir un lavis.

 

 

Sur papier sec : chargez généreusement un gros pinceau en peinture. Commencez par couvrir une bande en haut de la zone à couvrir, à une vitesse moyenne. Si votre pinceau contient assez de peinture, un bourrelet se forme à la base du lavis : continuez à remplir le papier par un second passage, en inversant le sens et en récupérant le liquide. N'oubliez pas de reprendre de la peinture et continuez jusqu'en bas. Résistezà la tentation de reprendre le lavis tant qu'il n'est pas complètement sec !!

Sur papier humide : alternez les passages de droite à gauche et de gauche à droite sans précautions particulières, l'humidité de la feuille aidera la peinture à s'uniformiser en séchant.

 


lavis uniforme sur papier sec

 

 

Réaliser un lavis dégradé

Dans un lavis dégradé la couleur n'est pas uniforme : elle s'éclaircit progressivement. Cette technique est très bien adaptée aux ciels, par exemple. La méthode est semblable à celle du lavis régulier, mais vous devez ajouter une même quantité d'eau à votre mélange, chaque fois que vous rechargez le pinceau. Obtenir une gradation régulière est un exercice difficile, et je vous conseille de vous y exercer !

Il est plus facile de travailler sur papier sec pour faire un lavis dégradé.

 


lavis dégradé

 

Réaliser un lavis multicolore

Les choses se compliquent encore... Cette fois, nous voulons réaliser un lavis dont la couleur passe progressivement d'une teinte à une autre. C'est très utile pour représenter un coucher de soleil ! Cette technique est plus facile sur du papier humide.

Préparez vos couleurs à l'avance. Commencez par appliquer la première teinte ; un peu avant la transition souhaitée, commencez à mélanger les teintes (par exemple, en trempant le pinceau dans la couleur B avant de le recharger dans la couleur A). Continuez à poser le lavis, en enrichissant progressivement le lavis avec la seconde couleur. Finissez par la couleur pure.

Avec l'expérience, vous éviterez les transitions abruptes et maîtriserez l'étendue de la zone de transition.