> la technique > les réserves

 

Comme nous l'avons déjà mentionné, en aquarelle, la peinture blanche n'existe pas - ou alors, elle n'est là que pour modifier la teinte d'un mélange. Alors, comment faire pour les zones blanches d'un tableau ?

En fait,e, le blanc est généralement celui du papier, que l'on a soigneusement réservé. Pour les zones assez larges, c'est facile ; par contre pour les détails, les entrelacs, le contournement risque d'être difficile. Fort heureusement il existe des techniques pour vous aider, la plus connue étant la gomme à masquer. Le blanc peut aussi être "restauré" : grattage, effacement de la peinture, eau de javel, etc. Ces techniques ne permettront jamais de retrouver le blanc initial, mais peuvent être intégrées à part entière dans les effets que vous recherchez. Dernière solution : le banc peut être obtenu grâce à un pigment opaque, comme la gouache ou l'acrylique. Attention, cela n'est élégant que sur des petites zones !

 

 

La gomme à masquer (ou Drawing Gum)

C'est une solution de latex liquide qui, en séchant, forme une couche imperméable. Après avoir appliqué (et laissé sécher !) a gomme à masquer sur les zones à protéger, vous pouvez appliquer la peinture sans crainte. Une fois l'aquarelle sèche, la gomme s'ôte en frottant délicatement avec un doit propre ou une gomme mie de pain.

La gomme a masquer s'applique avec n'importe quel accessoire :
- pinceau
- plume ou tire-ligne
- éponge
- bâtonnet, ficelle, etc.

 

 

Gomme à masquée appliquée avec...
un pinceau
une plume et un tire-ligne
une brosse à dents (projections)
une brosse sèche
une éponge

Voila le matériel que j'utilise pour poser le Drawing-Gum :

- du savon liquide (dans le godet blanc), qui sert à protéger le pinceau
- un pinceau synthétique
- le drawing gum de Pebeo est celui que je préfère

 

Les choses à ne pas faire avec la gomme à masquer
- l'appliquer sans précautions avec un pinceau de bonne qualité
- en mettre trop sur le papier
- ne pas attendre qu'elle soit complètement sèche avant de peindre
- ne pas essayer ce que ça donne sur une nouvelle marque de papier avant de passer trois heures à protéger son dessin
- ne pas attendre que la peinture soit complètement sèche avant d'ôter la gomme
- ne pas utiliser de sèche-cheveux pour accélérer le séchage de la peinture (cela fixe la gomme dans le papier...)
- ôter la gomme avec des doigts sales (méfiez-vous des crayons de papier !)

Par contre vous pouvez :
- avant de l'appliquer, protéger votre pinceau avec du savon liquide
- rincer votre pinceau toutes les trente secondes
- tester la réaction de tous vos types de papier à la gomme à masquer
- la diluer un peu pour l'appliquer plus facilement

La gomme à masquer s'applique sur du papier blanc mais aussi sur des zones déjà peintes que vous souhaitez protéger. Attention à bien respecter les temps de séchage et, si possible, faites un essai sur une chute du papier que vous utilisez. Tous les papiers ne supportent pas ce traitement !

Voyez par exemple comment John Lidzey s'en sort pour peindre le blé dans le tableau suivant, personnage dans un champ de blé :

 

Le peintre a appliqué de la gomme à masquer sur le lavis initial de jaune pâle. Puis il a renforcé les tons avec des bruns/jaunes/rouges, appliqués mouillé sur mouillé. Une fois la peinture sèche il a retiré la gomme (voir détail ci-contre à droite).

 

La cire

La cire permet d'obtenir des effets intéressants : comme elle est imperméable à l'eau, le papier couvert de cire (blanche) sera protégé des lavis successifs.
Frottez une bougie (blanche !) sur un papier pour tester. En fonction de la pression exercée et du grain du papier, la cire couvrira plus ou moins le papier. Cette technique est particulièrement utile pour l'écume, les roches, le bois.

effet réalisé avec de la cire

Les choses à ne pas faire avec la cire
- utiliser une bougie un peu sale (poussière, graphite)
- avoir la main un peu lourde et trop appuyer

Par contre vous pouvez :
- nettoyer la bougie avant application, par exemple en "l'épluchant" avec un cutter
- utiliser des pastels gras à la place des bougies, voire de la vraie cire incolore (mais je n'en ai pas et je n'ai jamais essayé...)

 

 

Ouvrir des blancs à l'aide d'une lame (rasoir, cutter)

Autre possibilitépour le blanc : gratter la peinture avec une lame de rasoir une fois qu'elle est sèche. De cette manière la surface du papier est altérée et de petites taches blanches apparaissent. N'abusez pas de cette technique : si le papier est trop abîmécela se voit. Cette technique fonctionne mieux sur du papier à gros grains.

Pour ouvrir des lignes blanches et fines (des mâts, par exemple) : avec un cutter, tracer légèrement deux lignes rapprochées - superficiellement - et enlevez délicatement le papier entre ces lignes.

 

 

Le ruban à masquer

Le ruban à masquer est ce que les peintres en bâtiments utilisent pour protéger certaines zones (ceux qui ont déjà repeint leurs fenêtres savent de quoi je parle.) Vous pouvez également l'utiliser en aquarelle, pour masquer de grandes zones ou pour assurer la rectitude de certains traits. Je l'utilise souvent pour les horizons - je suis astygmate et elles ont tendance à être convexes sans cela !

Pour masquer de larges zones, vous pouvez utiliser du papier fixé avec du ruban à masquer. Une couche de drawing gum à l'interface garantit une étanchéité totale.